Kyoto

15 jours à l’heure japonaise : trucs et astuces

Publié le Mis à jour le


15 jours àl’heure japonaise : trucs et astuces

Remerciements
A tout seigneur tout honneur, on va commencer par Vivre le Japon et Romain qui nous ont concocté un séjour aux petits oignons avec un concept qui nous a séduit la location de maisons ou d’appartements à Kyoto et Tokyo. Toute la préparation s’est faite par mail avec un grand professionnalisme.
Sur place l’accueil par le Travel Agent est rassurant et utile. Nikki à Kyoto et Laetitia à Tokyo, nous ont expliqué le fonctionnement de tous les équipements (pratique quand on ne lit pas le japonais), nous ont conseillé sur les choses à voir, sur la vie au Japon. Elles y vivent, elle y sont bien, et ça se sent.

Le voyage
En habitant Strasbourg, nous avons choisi de partir de Francfort. Nous avons pris notre billet au départ de Strasbourg avec une navette et au final, il nous a couté 110€  de moins par billet que si nous l’avions pris directement au départ de Francfort. Ce n’est pas toujours le cas mais c’est à vérifier. Nous sommes arrivés à Kyoto et nous sommes repartis de Tokyo.
Moi qui aime le son de qualité, j’emmene toujours un adaptateur pour brancher mon casque. Pour 2 euros, vous profiterez du son des films. Sans parler de s’équiper d’un Bose avec réduction de bruit, vous prenez un bon intra avec des mousses et vous oublierez le doux bruit des moteurs.
Ne gardez pas vos chaussures dans l’avion, certains avaient prévu des pantoufles, c’est un peu abusé. Buvez beaucoup (de l’eau bien sûr) et baladez vous régulièrement, avec ça vous serez un peu moins décalqué à l’arrivée. Ne tuez pas les russes qui veulent acheter toutes les montres en duty free, ou alors discrètement.

La douane
On ne joue pas au kakou avec les douaniers ou alors on n’est pas pressé. A part ça, avoir un papier avec vos logements à destination leur fait toujours plaisir et ça va vous faire gagner du temps avec les taxis. Myriam nous avait fait à chacun une petite fiche avec tous les hébergements, c’était une super idée.

Les transports
Le classique des classiques, pour les touristes, est le JR Pass,  il est à retirer à l’arrivée. Regardez quand même si c’est intéressant, le calcul est à faire en fonction des déplacements, mais même s’il vous coûte un peu plus cher, prenez le vous serez tranquille (il couvre également certaines lignes métro de Tokyo). Attention le Japon est grand et même si les trains sont agréables, il y a mieux à faire que passer tout votre séjour en transit. Mais on ne regrette pas les trajets que l’on a fait.
Pour organiser vos déplacements, il y a un moteur de recherche, l’incontournable Hyperdia. Sur téléphone, j’ai pris Japan Trains qui est basé sur Hyperdia mais un peu plus pratique. Le JR Pass vous permet de réserver votre place sans surcout. Nous avions noté à l’avance tous nos trajets et on a présenté le papier au comptoir. Outre le fait que ça nous a grandement facilité la vie sur place, ça nous a permis de se mettre gentiment dans l’ambiance quand on préparait le voyage à la maison.
Les trains sont confortables, rapides et à l’heure. Nous n’en avons vu aucun avec ne serait ce qu’une minute de retard. Si vous avez un JR pass, il y a souvent un guichet dédié sinon gardez votre ticket avec vous jusqu’à la sortie. On peut vous le demander à la descente. Ça nous est arrivé avec un bus et on ne savait plus où on l’avait mis.
Petit détail, tous les sièges sont dans le sens de la marche. Au terminus un employé doit les faire pivoter. Les distributeurs de boissons sont aussi dans les trains.

Le taxi
Il est à utiliser dans les villes, rapide et pas cher c’est vraiment un bon moyen. En plus il y en a beaucoup. La porte arrière gauche s’ouvre sur commande du conducteur et c’est parti. Par contre pas de CB uniquement du cash. A Tokyo, le taxi peut être cher sur les  distances plus longues donc faites attention à l’heure du dernier métro.

Le métro ou les bus.
A Kyoto, vous utiliserez certainement le bus, c’est le plus pratique. On rentre par l’arrière et on sort par l’avant. On paye à la sortie, en général 220 yens le trajet. Il faut avoir le prix exact, l’automate ne rend pas la monnaie mais vous avez un monnayeur juste à coté qui va jusqu’au billet de 1 000 yens. Sur le bon conseil de Michaël, nous avons pris soin, tout au long du séjour, d’avoir un billet de 1 000 yens sur nous, ce billet est votre ami tout au long du séjour. A Kyoto, il existe un pass journée (500 yens), mais il faut l’acheter à la gare, prévoir le nombre nécessaire dès le départ, on ne revient pas toujours à la gare. Il y a également plusieurs compagnies de bus, nous avons utilisé la compagnie City bus.
Le système d’information voyageur est efficace, pas de risque de louper son arrêt. Le chauffeur annonce plein de choses à chaque arrêt, il parle quand il démarre, quand il freine …

A Tokyo c’est essentiellement le métro . Pour un touriste il va vous emmener partout où vous voulez aller. Attention, il y a plusieurs compagnies et le prix est fonction de la distance. Il y a des portes en entrée et en sortie, ce sont des portillons qui se relèvent si vous n’avez pas payé. Ici on ne fraude pas, premièrement il n’y a personne qui fraude donc vous n’êtes pas tenté et deuxièmement si vous fraudez c’est direct au poste. Si par hasard, vous vous êtes trompés dans vos calculs, pas de problème vous allez voir un employé aux portes et vous payez le complément sans surcout particulier. C’est sympa.
Le métro est cher mais c’est propre, rapide. J’ai pris une Suica, c’est une carte avec réserve d’argent. Elle s’achète et se recharge sur les automates sans s’occuper de la compagnie contrairement au ticket papier qui n’est valable que sur la compagnie émettrice. Vous la présentez sur le lecteur à la porte et vous passez. Simple et efficace. Il existe aussi des billets journée et le JR est valable sur un certain nombre de lignes dont la circulaire la Yamanote.

La nourriture
Nous avons vraiment bien mangé.  La cuisine japonaise présente une grande variété de plats et de saveurs. Nous ferons certainement un article dédié, avec Myriam, avec quelques recettes, mais vous pouvez y aller sans aucune appréhension.

Conclusion
Au final, fuyez les voyages organisés, vivez vraiment comme un japonais (en vacances) vous profiterez pleinement de votre séjour. Le Japon est un pays très sûr. Si Michael n’avait pas décidé d’y passer une année, je ne pense pas que nous y serions allé et nous serions passé à coté d’une super expérience. Nous étions sceptiques, mais sur place nous avons apprécié chaque minute et nous sommes rentrés avec le désir d’y retourner un jour.

Si vous avez des questions écrivez nous et nous tacherons d’y répondre.

On a pris plaisir à écrire ce blog, on espère qu’il vous donnera envie de voyager.
A bientôt pour une autre destination
Myriam & Alain

15 jours à l’heure japonaise (5) – Kyoto

Publié le Mis à jour le


15 jours à l’heure japonaise : partie 5

Kyoto : quartier de la gare

Kyoto - la gare
Architecte : Hiroshi Hara

Toujours à Kyoto, les posts ne suivent pas chronologiquement mais arrive comme j’ai envie de les regrouper. Aujourd’hui on va parler de la ville de Kyoto. Son tracé fait vraiment penser à un quadrillage. La gare est très moderne et elle est superbe. Elle est juste à coté de la grande tour de Kyoto. Passez du temps, prenez tous les escalators, ça vaut vraiment le coup, le dernier est très raide et donne accès à la skyline. Sensible au vertige s’abstenir.
La gare est sensiblement excentrée, ne vous en servez pas comme point de départ des balades dans Kyoto.
Il y a un certain nombre de rues super commerçantes avec des grandes arcades. On n’a pas eu le temps de s’y balader, sauf en passant. La même chose pour Gion, le quartier où on sort le soir.

 

 

 

 

 

Kyoto : quartier centre
Kyoto centreUne rivière traverse Kyoto et vous allez trouver tout un ensemble de restaurant avec des terrasses qui donnent sur la rivière (attention au prix). Un peu plus loin, le long de cette rivière, on a mangé au EFISH qui a une déco intérieure sympa comme tout. Les derniers batiments ultra modernes sont bien réussis, les temples sont super beaux mais, entre les deux, l’architecture n’est pas top. L’intérieur compte plus que l’extérieur. Le long de cette rivière vous avez une rue à ne pas louper.
Pontochoro.
Il s’agit d’une rue très étroite assez longue avec plein de resto et de boites. Alors que j’avais pris une ruelle que je croyais mal famée, Myriam et Michael ont vu sortir des apprenties geisha, avec maquillage et toute la tenue. Au final, pour moi tout faux. On a fait le reste de la rue ensemble, c’est à ne pas louper, par contre très difficile de se faire une idée avant des resto, de l’extérieur on ne voit rien. A midi, vous pouvez tenter, le seul risque est de ne pas avoir de chaises. Pour le soir, c’est différent, les prix montent fortement. On a vu plein de jolies filles en tenue moderne, en tenue de soirée et même en Kimono. C’est une constante à Kyoto, le kimono de fête est beaucoup porté et ça leur va très bien.

Kyoto : quartier Gion
Michael a été faire un tour le soir, pour boire un verre alors que rentrions gentiment nous coucher (c’était le jour des escaliers de Fushimi Inari). Ici au Japon la vie nocturne s’arrête tôt, 23 heures tout le monde au lit. Par contre ça commence tôt, à partir de 18 heures les restos et les bars sont pleins, comme les salariés en costume cravate. C’est un peu bizarre de voir l’homme d’affaire qui sort du bar, vraiment pas droit. Pas d’agressivité de leur part mais ils sont bien imbibés. A une de nos étapes dans un Ryokan, alors que nous rentrions à 22 heures d’une balade digestive, on en a croisé un troupeau qui avait pris un repas très arrosé à l’auberge. La traversée du couloir a ressemblé au tableau final d’un jeu vidéo mettant en scène des zombies. Il en sortait de partout et il fallait les éviter tout en restant ensemble avec Myriam. Les gentilles serveuses en kimono les orientaient vers la sortie.

ING le bar à faire à Kyoto
Kyoto centreEn parallèle de la rue Ponchoro, à l’ouest, vous avez une rue animée mais avec des restos plus classiques et donc plus abordables. Un petit cours d’eau au milieu, des bancs, des arbres et plein de monde qui rit et s’amuse. Une bonne ambiance. On a trouvé cette rue par hasard. Après tous ces temples,  je voulais un bar rock, histoire de rétablir un peu l’équilibre. J’avais repéré ce bar où le patron est un fan des Rolling Stones et je voulais absolument y aller. J’ai cassé les pieds à tout le monde, comme je sais bien faire. Michael a repéré sur le plan, Myriam qui n’était pas motivée a fini par trouver l’idée sympa, quand on a trouvé cette rue avec le petit cours d’eau. Tout allait bien, jusqu’à ce qu’on trouve l’adresse. Un batiment style immeuble de bureau mais pour ainsi dire sans fenetres. La motivation de ma chère et tendre a fondu comme neige au soleil du sahara à midi. Avec Michael, on décide d’y aller quand même. C’est au deuxième étage (attention le rez de chaussée au japon est l’étage 1,donc 1 seul escalier pour aller au 2éme). Michael me dit que c’est courant de voir les bars dans des pièces aveugles.
On arrive devant la porte, il y a une feuille où le proprio râle en japonais et en anglais sur les nouvelles taxes. On pousse la porte et la je me dis que je ne peux pas emmener Myriam là. Ici on fume encore dans les bars ou dans les restos et c’est bien imprégné. On fait demi tour et on se retrouve en bas. Myriam, gentille comme tout, me dit que nous pouvons y aller, Michael et moi, elle ira faire un tour dans le quartier. Michael en bon fils décide de rester avec sa mère et moi égal à moi même, je décide d’aller boire une bière vite fait. Le patron hallucine en me revoyant revenir, je lui explique avec mon super anglais, il trouve ça Ok et je lui commande une Guinness en écoutant les Stones. Il change de disque et on passe à Back in Black. Du bonheur je vous dis. On discute, il me demande d’ou je viens et quand il comprend que c’est de France, il me passe du Noir Désir, sympa non. Le tour de Myriam et Michael se termine trop vite et il vient chercher son père au troquet. C’est un truc qui me fait beaucoup rire encore maintenant. Si vous passez à Kyoto, arrétez vous à l’ING.
Je ferais un post avec nos adresses mais n’hésitez pas à demander en commentaires.

Toutes les bonnes adresses à Kyoto, pour les bars cliquer sur la rubrique Sortir, voir & boire à Kyoto (plus bas à droite sur la page)

Le prochain sera sur une autre institution à faire au Japon, passer une nuit en Ryokan

Chateau Nijo douve
Nos photos Kyoto et ses autres merveilles sur flickr

15 jours à l’heure japonaise (4) – Nijo – Fushimi Inari

Publié le Mis à jour le


15 jour à l’heure japonaise : partie 4

Château Nijo
Château Nijo - mur enceinte Honmaru PalaceOn est toujours à Kyoto et on va rendre visite au Shogun. Là on ne rigole plus. Une muraille épaisse entoure le Nijo castle. On achète nos billets à une borne. A savoir, ici on met l’argent avant, ensuite on choisit comme pour les distributeurs. Résultat, planté devant la borne avec des Kanjis partout, grand moment de solitude surtout que vous avez la file derrière et vous entendez leurs pensées. On laisse passer quelqu’un et je regarde par dessus l’épaule (facile pour moi), on comprend tout et on récupère le sésame.
On commence par le batîment principal qui ferme tôt. On enlève les chaussures et c’est parti. Les batîments sont conçus de la façon suivante, des couloirs qui font le tour des batiments avec les pièces au milieu. Le sol du couloir est en bois, dans les salles on va trouver des tatamis et si vous voyez un plancher surélevé c’est que le Shogun (Seigneur de guerre japonais) pouvait venir dans cette pièce. Pas de meubles, des peintures sur les murs mais très épurées, par rapport à Versailles on est pas dans le même trip.
Pour voir le Shogun, il fallait être motivé et important. Ce n’était pas le patron pour rien. Il avait son système de sécurité passive à lui, plus sympa que des caméras, un parquet qui siffle quand on marche. On a essayé, impossible de se déplacer sans le faire réagir. On appelle ce type de parquet, le parquet du rossignol. Plein d’images dans la tête venant des bouquins que j’ai pu lire (On ne parle pas des mangas). Un super jardin qui est aussi à faire.

Fushimi Inari
On retourne dans le spirituel avec un des hauts lieux de la culture shinto. Ce site est immense et gratuit. Les ex-votos ici se présentent sous forme de Tori et c’est sacrément impressionant et très beau. Ceci sur presque la totalité du chemin qui emmène au sanctuaire, tout en haut, de la montagne. Michael est chaud bouillant pour monter jusqu’en haut et nous avec notre entraînement vosgien, on a dit même pas peur.
En bas, vous avez des temples en activité, tout est en rouge vermilon, avec le soleil c’est magique. Les moines sont là et il y a des cérémonies régulièrement que vous pouvez observer (mais pas photographier). On a même vu une cérémonie dans un temple au cours de notre ascension.
Fushimi Inari - la montéeC’est parti pour la montée et on ne regrette pas d’être venu. Du monde mais ça va, et plus on monte et moins il y a de monde :-). On est dans un couloir de Tori. Il fait frais et c’est beau. Régulièrement, vous avez des panneaux vous indiquant où vous en êtes. A un moment, je me suis dit qu’ils s’étaient plantés dans les panneaux tellement c’est grand. On arrive à la fin, il y a plein d’écoliers qui mangent sagement leur casse croute. C’était la fin du chemin initiatique, et le début du sanctuaire et on peut faire le tour de la montagne. Faîtes attention, pour eux le tour de la montagne passe par le sommet. Il y a des autels partout, des Toris toujours de ce même rouge et tout ça au milieu de la forêt.
Enfin arrive le dernier escalier, dernier effort, long l’escalier et tout en haut on s’est fait un « we are the champions » avec des écoliers qui m’avaient laissé sur place dans ce dernier foutu escalier (tout ça avec beaucoup de respect). On se fait une belle pause et aussi de belles poses photos, et on entame la descente. Il faut y aller et jusqu’au bout. Pas la peine de se charger en eau, mes amis les distributeurs sont la régulièrement. Le prix monte avec l’altitude mais ça va.
On descend d’un bon rythme, on se fait une pause et on voit un Monsieur qui arrive lentement en soufflant qui s’arrête à notre niveau. Il engage la conversation, quand il apprend qu’on vient de France, il est super content, les japonais aiment la France. Je lui indique gentiment qu’il reste un bon bout et que c’est balèze, il me répond tout aussi gentiment qu’il connaît et qu’il fait la montée tout les jours avec son âge qui lui fait un poids. Il nous demande le nôtre et quand on lui dit, il éclate de rire et nous dit le sien : 71 ans. Frimeur, la prochaine fois avant de venir au lieu de faire des balades dans les Vosges on fera un stage commando. Il faut au minimum cela, les japonais ont une super patate.
Fushimi Inari - RenardJ’ai parlé des renards au début et vous n’en avez pas vu la queue, en réalité il y a plein de statues de renards partout, dans toutes les positions, avec un foulard rouge autour du coup.

Ici un lien vers nos autres photos sur flickr

Dans le prochain post, on parlera rock n roll.

15 jours à l’heure japonaise (3) – Kyoto les temples

Publié le Mis à jour le


15 jours à l’heure japonaise : partie 3

Mon intention n’est pas de faire un guide touristique mais juste de retranscrire ce que nous avons pu ressentir, ceci accompagné des photos de Myriam qui sont bien meilleures (bisous à ma chérie) que celles des plaquettes que l’on trouve sur place.

Kyoto : temples et jardins
imageKyoto est l’ancienne capitale du Japon, nous y avons passé 5 jours passionnants.
Nous avions décidé de faire un séjour sur le thème Temples et Jardins et nous avons été comblés. Nous avons commencé par le temple d’argent Ginkakuji qui est à coté de notre location. Nous prenons la rue qui y mène, elle est bordée d’échoppes essentiellement dédiée à la nourriture. Le Fast Food avec un grand F doit venir du Japon, les américains n’ont rien compris au concept ici c’est rapide et surtout bon mais je ferai un post sur la gastronomie japonaise. Il y a peu de boutique de souvenirs au sans carte postale mais pas mal « d’artisanat ». Il y a du monde et plein d’écoliers en uniforme, certainement primaire ou collége. D’après ce que j’ai compris, les écoliers ont peu de vacances mais beaucoup de visites organisées. Ils sont heureux de vivre, débordants de vitalité mais toujours très respectueux. Il n’y a pas de zyva ici et ça ne nous manque pas. Ils ont l’air d’avoir une super relation avec leurs professeurs ou encadrants. Je pense que ces visites doivent être une des clés de la fierté qu’à le Japonais pour son pays.

Ginkakuji (temple d’argent)
imageOn arrive au temple et comme toujours beaucoup de personnel et beaucoup d’opérations manuelles. La Japon est le pays de l’automatisation dans les usines mais dès qu’il s’agit de service, ils font appel à l’humain, et avec eux c’est un plus.
La visite se fait sous forme d’un circuit que tout le monde respecte. On attend pour prendre sa photo, on attend pour que quelqu’un prenne sa photo. Du coup pas de bousculade, malgré le monde il n’y a aucune sensation d’oppression lié à la foule.
Le temple tout en bois est magnifique et pour moi qui suit un fan des jardins japonais c’est le paradis. Il y a même un jardin Zen qui est superbe. On retrouve les fondamentaux, l’eau, les rochers, la nature et un point auquel je n’avais jamais fait attention, c’est la mousse. Elle est partout et elle nous donne un magnifique tapis vert avec des couleurs changeantes. Je vais regarder ma pelouse avec un autre regard, elle a un sacré potentiel. Enfin si je ramène l’armée de jardiniers. Ils sont dans les arbres sur des grandes échelles à couper toutes les bougies des pins ou à quatres pattes pour enlever tout ce qui est disgracieux dans cette sacrée mousse. Autrement ils ont des lames montées sur des grandes perches et ils vont couper d’un geste précis la branchette qui dénote (Gilles je t’ai inscrit pour un stage 😉 ). Conclusion, je ne suis pas prêt d’avoir un jardin japonais.
Il n’est pas possible de le visiter l’intérieur du temple, on suit le circuit et on l’admire de tous les cotés. On mitraille de tous les cotés. On a emmené un reflex, 3 objectifs dont 1 gros caillou, plus les 2 smartphone qu’on a choisit pour leur qualités photos. Je peux vous dire que les japonais nous traitent avec respect. Le seul « problème » est qu’il nous faut trois fois plus de temps que les autres pour faire la visite. Si vous voulez venir avec nous vous serez prévenus.

Kinkakuji (temple de d’or)
Kingakuji - temple d'orUn autre temple à ne pas louper est le temple d’or mais surtout pour le batîment. Il est superbement mis en scène et la aussi malgré le monde on a pu prendre nos photos. On a l’impression que le jardin est présent pour mettre en valeur le temple. Commencez par l’argent avant de voir l’or. Nous avons mis pour chacun un peu plus de 2 heures. A la fin de la visite du temple d’or, nous avons pris un thé dans l’enceinte du jardin, ici c’est du thé matcha (vert et un peu épais). C’est vraiment à faire et c’est abordable (500 yens). On a en plus un petit gateau avec. Il est à manger avant. Michael, gardien des traditions japonaises, nous surveillait mais gentiment.
Je vous parlerais bien d’Aarshiyama avec ses temples, son pont et surtout la fôret de bambous qui vous met dans une ambiance super sympa mais ça fait beaucoup pour un article. On a fait le temple d’argent et Arashiyaa, sur la même journée.
Si vous voulez des infos ou des compléments, demandez en commentaire et on vous répondra
La suite : Shogun et renards

15 jours à l’heure japonaise (2) – maison Unagi

Publié le Mis à jour le


15 jours à l’heure  Japonaise partie 2

La maison Unagi – à la découverte d’une maison japonaise 
De la gare à la maison, on prend le taxi. Ici à Kyoto le taxi est énormément utilisé 600 yens (moins de 5 euros) de prise en charge et une course à un prix très raisonnable quelque soit le nombre de personnes et les BAGAGES (taxi parisien tu ne manques pas).
Maison Unagi - ruellePoint un peu gênant, les adresses ne sont pas avec des numéros et des noms de rue, ça marche plus avec un nom de quartier. Du coup à la fin c’est un peu free style. On est une rue trop loin, avec un coup de téléphone ça s’arrange.
Nikki nous accueille avec un grand sourire, elle est américaine et parle très bien le français. La maison est dans une très petite ruelle (pas étonnant que le taxi ne l’ait pas trouvée). Vous rentrez dans la ruelle, vous tournez à droite et elle est là. Ici ils construisent dans des mouchoirs de poche et les maisons sont collées les unes aux autres.
Pour faire simple au rez de chaussée la seule lumière naturelle est celle de la porte. Il y a un vestibule où l’on se déchausse, puis on rentre dans la cuisine. Première grande joie, il y a 2 chaises. Mon absence d’exercice d’assouplissement pendant 40 ans m’a rendu un peu raide. On s’installe au salon sur les tatamis autour de la table basse pour que Nikki nous explique la maison, les alentours et Kyoto.
Pour aller à l’étage c’est un escalier super raide moins grand qu’à Amsterdam mais ça monte sec, pour les BAGAGES ça va être du bonheur, Nous avons 2 chambres avec tatamis et futon et pour nous de la lumière naturelle, Michael a même sa chambre. Les japonais maîtrisent parfaitement leur intérieur et le peu de place disponible. Tous les espaces sont utilisés, la machine à laver est dehors (info : on lave à l’eau froide au Japon) il y a très peu de meubles surtout des placards, le fait d’avoir du futon permet de récupérer la place quand ils sont rangés, l’absence de chaises permet aussi de gagner la place et les fenêtres avec des panneaux en papier de riz permettent de diffuser la lumière partout. Du coup c’est super sympa, on remercie Nikki et on part pour la sieste indispensable.

Découverte d’un supermarché japonais
Une fois reposés, on s’aventure au supermarché qui est à 50 mètres. Il y en a beaucoup, mais moins que des distributeurs de boissons, ceux la ils doivent en avoir inventés qui sont capables de se reproduire entre eux, il y en a partout (Michaël nous a dit qu’il y en avait même un, en haut du mont Fuji).

Le supermarché n’est pas grand mais bien achalandé avec une autre particularité du Japon, des plats préparés sur place et presque toute la journée et de très bonne qualité (Findus : tu n’as aucune chance ici). Les heures d’ouverture sont top, jusqu’à 10 heures et le dimanche, ici ils ne connaissent pas.
On fait les courses avec un panier, on paye avec des gros billets et le but du jeu est de ne pas récupérer des pièces de 1 yen, on ne peut rien en faire mais ils ont subit une hausse de la tva sur tous les produits et du coup les prix ne sont pas tous ronds. Quand le caissier vous rend la monnaie, il vous montre 2 fois tous les billets un par un. On emballe dans des sacs plastiques et on part. IMG_8707Par réflexe, je vérifie le ticket de caiise et je me dis que je vais leur faire confiance. Tout est écrit en Kanji et je n’y comprends absolument rien mais rien du tout.
Faire les courses est une expérience super intéressante mais de temps en temps on choisit totalement au hasard. On est resté 5 jours et ça a été du bonheur complet (sauf le futon un peu dur mais j’ai trouvé un deuxième sous matelas, la c’est l’âge).
Le soir on a fait un tour dans le quartier avec le chemin des philosophes et on a mangé des ramen dans un petit resto tout simple mais très bon. C’est une constante au Japon, on mange bien.
Je peux dormir tranquille

15 jours à l’heure japonaise

Publié le Mis à jour le


15 jours à l’heure japonaise…

Nous n’aurions jamais pensé partir un jour au Japon.
Tout a commencé par un sms reçu en juin 2013, ‘Accepté dans le laboratoire du professeur Fujio Toriumi’
L’expéditeur du sms n’est autre que Michaël et c’est le début d’une grande aventure, d’abord et surtout la sienne, puis par ricochet la nôtre.
C’est donc grâce à sa dernière année d’étude à Tokyo que nous profitons de l’occasion pour faire ce voyage.

Nous nous réjouissons mais au fur et à mesure que la date approche, le stress monte, arriverons nous à nous débrouiller dans un monde si différent du nôtre ?
Nous avons contacté le site ‘Vivre le Japon’ pour nous aider à organiser au mieux ces vacances.

Nous atterrissons à Osaka, qui est l’aéroport le plus proche de Kyoto.
Kyoto où nous avons prévu de passer 5 jours afin de visiter cette ancienne capitale et sa région. Nous sommes heureux que Michaël nous rejoigne dès cette première étape, nous comptons sur son aide précieuse pour guider nos premiers pas dans un monde aux coutumes si différentes, pour visiter cette ancienne capitale, ses temples, ses marchés et sa région.
Ensemble nous nous prendrons le train rapide Shinkansen pour nous rendre sur l’île de Miyajima, l’un des 3 plus beaux sites du Japon « L’île où cohabitent les hommes et les dieux ». Miyajima est célèbre pour son Torii flottant et son sanctuaire et la beauté sauvage des ces paysages.
Michaël passera un ou deux jours supplémentaires sur place, pour visiter Hiroshima, avant de rentrer à Tokyo où nous le retrouverons plus tard.
De Miyajima, nous prendrons la direction Kanazawa situé sur la côte de la mer du Japon pour une journée.
Le lendemain un bus nous transportera à Takayama et ses nombreux monuments historiques.
Enfin direction la capitale où nous rejoindrons Michaël qui nous fera visiter la ville et ses environs.

Myriam & Alain

Sur cette petite carte schématisée notre parcours.
Carte Japon_notre_voyage

  •   A: Arrivée Kansai Airport à Osaka
  •   1: Kyoto et ses environs (5 jours)
  •   2: Miyajima (1 jour)
  •   3: Kanazawa (1 jour)
  •   4: Takayama (1 jour)
  •   5: Tokyo (6 jours)
  •   D: Tokyo Haneda Airport